Le commissaire européen chargé de la justice, Didier Reynders a annoncé, le 12 janvier, que la Commission européenne prévoit d’imposer des quotas de bornes de recharge pour voitures électriques. L’objectif est d’obliger les pays européens à augmenter leur rythme de construction, pour parvenir à la neutralité carbone en 2050.

 

Mardi 12 janvier 2022, Didier Reynders, commissaire européen chargé de la justice, a déclaré que la Commission européenne compte établir des quotas de bornes de recharge publiques obligatoires dans chaque pays de l’UE. L’annonce a été faite lors d’une conférence organisée par une structure européenne, The Platform for Electromobility. Pour respecter ses engagements de neutralité carbone en 2050, l’Union européenne a fixé l’objectif d’interdire les ventes de véhicules thermiques (non électriques) dès 2035.
Pour atteindre son but, la Commission veut augmenter drastiquement le nombre de points de recharge pour les véhicules électriques. La nouvelle réglementation européenne envisage l’installation obligatoire d’au moins une borne de recharge rapide tous les 60 km, sur les principaux axes routiers du réseau européen RTE-T, soit 3,5 à 4 millions de bornes d’ici à 2030 !

 

Selon le sondage de The Platform for Electromobility, 70% des Européens possèdent ou souhaitent acheter un véhicule électrique. Malgré cette opinion favorable, il reste 2 difficultés majeures : le prix des modèles électriques et le manque d’infrastructures pour recharger les véhicules.
Borne de recharge pour voiture électriqueMême dans les pays européens les plus engagés dans la transition vers la mobilité électrique, l’installation de ces appareils se heurte à des obstacles. Par exemple, la France, qui s’était fixé pour objectif d’atteindre les 100 000 bornes de recharge construites fin 2021, n’est parvenue qu’à 50% de ce nombre !

 

Cette nouvelle réglementation européenne est soutenue, entre autres, par l’ONG Transport & Environment et l’ACEA, le lobby des constructeurs européens. Les marques automobiles se convertissent activement au modèle électrique. Certaines, comme Peugeot, souhaitent passer au 100% électrique dès 2030.
Elles souhaitent donc que les appareils soient installés rapidement, et en nombre suffisant. L’ACEA milite pour que 7 millions de points de recharge soient disponibles pour les véhicules à carburants alternatifs (électrique, hydrogène, etc) !

 

La nouvelle réglementation devrait être précisée et officialisée par la Commission Européenne dans les semaines à venir.